Rénovation urbaine : Labourdonnais-Beaufonds

Pour un meilleur cadre de vie

Après le quartier de Bras-Fusil (entre 2004 et 2014), la Commune de Saint-Benoît a sollicité auprès de l’Etat un nouveau conventionnement sur son Programme National de Renouvellement Urbain. Le projet concerne 12 000 habitants - soit près d’un tiers de la population de la Ville - répartis sur les 154 ha des quartiers Labourdonnais-Beaufonds, appelés aussi Rive droite.

Le choix de ce périmètre s’est imposé au regard de l’importance des copropriétés dégradées, des conditions socio-économiques faibles, et la nécessité de conforter un tissu économique et commercial en mutation sur ce secteur.
Avec 7 000 habitants et un taux de chômage avoisinant les 57% à Beaufonds, le secteur de la Rive droite est l’un des quartiers les plus précaires de l’île. Les diagnostics réalisés en 2015 par un bureau d’études ont notamment révélé l’importance du parc social (60%) et sa vétusté : 30% du parc résidentiel a plus de 30 ans.

Le NPNRU constitue donc une réelle opportunité d’améliorer le cadre de vie des habitants de ces quartiers et de revaloriser l’image et l’attractivité du centre-ville de Saint Benoît.

Le projet, étalé sur une quinzaine d’années (2015-2025), vise à améliorer le fonctionnement urbain, et à offrir un environnement de qualité aux habitants des quartiers concernés. Un certain nombre d’objectifs incontournables sont à atteindre dans le cadre de ce projet notamment : la réalisation d’aménagements urbains de qualité, le renforcement de l’ouverture  du quartier sur son environnement, la prise en compte de l’habitant et de ses usages.

Ces objectifs se traduiront par des travaux permettant d’améliorer le cadre de vie des habitants, par la création de nouveaux équipements publics, la réhabilitation de logements, le réaménagement des espaces publics.

Les axes prioritaires

  • Ouvrir le quartier sur son environnement en procédant à son désenclavement urbain et en le reliant à la  ville
  • Rééquilibrer la structure de l’habitat par l’introduction d’une mixité du type de logements, la réduction des   poches de fortes densité et le développement des opérations à taille humaine.
  • Réorganiser les lieux  publics et le  stationnement ainsi que le stationnement afin de trouver un fonctionnement apaisé et ordonné.
  • Dynamiser la présence de services publics et du tissu associatif et des commerces afin d’accompagner la revalorisation de l’image, l’attractivité, du quartier et sa qualité de vie.
  • Placer le projet social au cœur du projet de quartier et participer à la réduction des difficultés et à la restauration du lien social.
  • Augmenter la qualité et la cohérence des services de gestion urbaine de proximité.

Les actions prévues

  • Mise en réseau les quartiers et désenclaver la rive droite (création d’une boucle paysagère piétonne et cyclable, d’une passerelle au-dessus du pont de la Rivière des Marsouins, …)
  • Création d’une centralité
  • Rénovation du parc urbain (îlot Baobab, groupe Labourdonnais, cité Amiral Bouvet, Joseph Hubert, Fragrance, Europe, Atalante…) et diversifier l’offre de logements (création de 500 logements neufs…)
  • Valorisation des équipements (écoles, Dojo, Théâtre les Bambous, aire de jeux Trégor…) et commerces de proximité
  • Développement de l’activité économique et création d’emploi
  • Amélioration de l’offre de transport (TCSP…)
  • Réaménagement des espaces publics en favorisant les espaces verts
  • Valorisation des équipements culturels et de loisirs (Ludopark, complexe sportif, cité scolaire, Théâtre de Bambous…)
  • Développement de l’activité touristique en s’appuyant sur des sites leviers tels que : la rivière des Marsouins, le sentier littoral, les champs de cannes…
  • Création d’espaces de proximité

L’habitant au cœur du renouvellement urbain

Au travers des conseils citoyens qui sont des instances de concertation, les habitants devront être associés aux réflexions menées dans le cadre du NPNRU. En effet les conseils citoyens créeront un espace de propositions et d’initiatives à partir des besoins des habitants.

Ils rendront  possible une réflexion collective sur les problématiques et ressources du territoire et aideront à rechercher collectivement les moyens permettant d’améliorer la situation du quartier et de ses habitants.

Chaque conseil citoyen comprend deux catégories de membres : d’une part, des habitants du quartier concerné et d’autre part, des représentants d’associations et acteurs locaux. Selon leur volonté et sur la base de l’accord qu’ils devront trouver, seront définies localement les modalités d’organisation et le nombre de personnes tirées au sort. Des membres des conseils citoyens pourront siéger aux comités de pilotage du NPNRU.

La Maison de projet

La mise en place d’une maison de projet est destinée à améliorer l’information et l’expertise des habitants, afin de permettre leur association effective aux opérations conduites sur leur quartier.

Les projets relatifs au NPNRU pourront être consultés par les habitants à l’intérieur de celle-ci.