Histoire de Saint-Benoît

Paradis des cultures : café, letchis, mangues, épices

Paradis des cultures : café, letchis, mangues, épices

La ville est colonisée dès le XVIIe siècle, mais il faut attendre le début du XVIIIe siècle pour que les premières concessions de terre destinées à la culture du café soient accordées dans cette région d’accès difficile.

La population augmente et en 1732, monsieur Teste, curé de Sainte-Suzanne, demande la création d’une paroisse. Aidé du gouverneur de l’île, Pierre Benoît Dumas, il obtient un accord du Conseil Supérieur de Bourbon en janvier 1734. Le premier registre curial est ouvert le 7 mai 1734 et l’église achevée en 1735. La paroisse puis la commune érigée en 1815 sont nommés Saint-Benoît en l’honneur du gouverneur.

Saint Benoît, gratifié d’un climat ensoleillé et fréquemment arrosé, devint vite un paradis pour les cultures les plus diverses : c’est là que Joseph HUBERT acclimata les épices rapportées par Pierre POIVRE et que prospérèrent le manguier d’Inde, le letchi de Chine et plus tard la vanille du Mexique.

Au début du XIXe siècle, le paysage agricole de la ville change : la culture de la canne à sucre prend peu à peu une place prépondérante. C’est une période faste pour la commune : la qualité des cannes est excellente. De nombreuses usines sont créées et la population croît jusqu’à atteindre les 20 000 habitants. Hubert Delisle, natif de Saint-Benoît, devient gouverneur de l’île. Malgré une mer souvent démontée, le trafic maritime se développe avec l’apparition de « marines » d’où le sucre est chargé dans des chaloupes vers les navires. Ce trafic prend fin avec l’arrivée du chemin de fer en 1882.

En 1950, un terrible incendie ravage le centre-ville. La reconstruction s’achève dans les années 60, avec la maternité, le nouvel hôtel de ville et le lycée. Les années 1980 sont marquées par une développement important de la commune tant au niveau de l’habitat que du commerce et de l’industrie. De commune rurale, Saint Benoît, sous-préfecture depuis 1968, devient donc une commune urbaine, bien que les terres agricoles y soient encore importantes. 

Saint-Benoît, ville des eaux vives

Saint-Benoît, ville des eaux vives

Le Ville regorge de rivières qui comptent parmi les plus belle de l'île. Traversée par la rivière des Marsouins, elle est aussi délimitée par la Rivière des Roches et la Rivière de l'Est et entourée de multiples points d'eau (le Grand-Etang, le Bassin Mangue, le Bassin de la rivière des Roches, le Bassin Bleu...) et de cascades majesteuses.

Le bassin bleu : un lieu exceptionnel

Rares sont les lieux facilement accessibles et où l'on peut pratiquer la baignade dans des eaux d'un incroyable bleu turquoise; c'est pourtant le cas du Bassin bleu à Sainte-Anne. Ce bassin d'eau douce est un site agréable et rafraîchissant. Protégé de la mer par de gros galets imposants et enclavé par le radier qui traverse la rivière, le site est aménagé en un sympathique lieu de pique-nique. En été, les enfants apprécieront les jeux d'eau installés sur le site.

Agenda
Saint-Benoît


Galeries
Images


Images
Vidéos