Présentation de la ville

Géographie

Géographie

Située à une quarantaine de kilomètres de Saint-Denis, sur la cote dite “au vent”, Saint-Benoît (36 000 habitants) est la 2eme commune de l’île par sa superficie (22 960 ha). Elle possède une végétation omniprésente et luxuriante qui a forgé d’étonnants paysages et des fonds de rivières qui comptent parmi les plus beaux de l’île. Elle étend son territoire « du battant des lames au sommet des montagnes ». Un peu plus de 58 % de la superficie de la commune est située dans le cœur du parc national (les grands massifs forestiers : Takamaka, Bélouve....) et 19 % dans l'aire d'adhésion, soit 78% du territoire communal concernés par le parc national. Grâce à ses bassins, cascades, forêts primaires mais aussi ses espèces végétales et animales endémiques dans les Hauts, ses larges étendues sucrières et ses îlets ombragés voués aux cultures fruitières, Saint-Benoît s’impose comme un haut lieu du tourisme dans l’Est. La ville est aussi réputée pour ses bichiques et ses letchis.

Géologie, biodiversité et paysages

Géologie, biodiversité et paysages

Près de 78% du territoire communal sont concernés par le territoire du parc national : 59% de la commune se trouvent en coeur de parc, 19% de la commune en aire d'adhésion.

La commune de Saint-Benoît est encadrée par deux rivières pérennes : la Rivière des Roches, limite Nord avec la commune de Bras-Panon, et la Rivière de l'Est au Sud qui marque la frontière avec Sainte-Rose. La commune s'étire du littoral jusqu'aux hauteurs du Coteau Kervegen (2500m d'altitude). Ce fort gradient altudinale favorise la diversité des milieux naturels. On y trouve des forêts de Cratère et de Takamaka, des zones de Pandanaie mais aussi des sites incontournables comme le Grand Etang, la forêt de Bébour, la Caverne Dufour... Ces milieux sont extrêmement riches d'espèces endémiques parfois très rares.

Avec un peu plus de 13% du coeur du parc sur son territoire, Saint-Benoît est directement concerné par les enjeux de conservation des habitats naturels et des espèces. Plusieurs espèces rares y ont déjà été retrouvées à l'instar de :

- Sencio ptarmicifolius, astéracée endémique de la Réunion, présente uniquement à Saint-Benoît et Cilaos,
- Tectaria pica, fougère endémique de Madagascar, de la Réunion et de Maurice, présente uniquement à Saint-Benoît et Bras-Panon.

Par ailleurs, ces paysages et la biodiversité exceptionnelle qu'ils abritent sont désormais reconnus par l'inscription des "Pitons, Cirques et Remparts de l'île de la Réunion" sur la liste du patrimoine mondial. Cette distinction confirme le fort potentiel de la commune à développer un tourisme de nature. La mise en scène des richesses patrimoniales s'appuie sur le Schéma d'nterprétation et de valorisation éco-touristique de l'Est et sur le projet de "portes et chemins de découverte du parc", portés par le Parc national de la Réunion. 

Et aussi...

Le conseil municipal

Le conseil municipal

Le conseil municipal

Le conseil municipal

Agenda
Saint-Benoît


Galeries
Images


Images
Vidéos