• diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
  • diapo st benoit
HISTOIRE DE LA CITE BENEDICTINE

Histoire

L’histoire de Saint Benoît commence à la première moitié du XVIIIe siècle, lorsque les colons de Bourbon, à l’étroit entre Saint Paul et Saint Denis, cherchent de nouvelles terres pour la culture du café. Les premières concessions furent attribuées entre 1720 et 1730. Les concessionnaires devaient s’engager à « cultiver le vrai café Moka ». Le nom de la commune, créée en 1815, vient du prénom du gouverneur Pierre-Benoit DUMAS, qui avec l’accord des autorités ecclésiastiques, l’érigea en paroisse. Saint Benoît, gratifié d’un climat ensoleillé et fréquemment arrosé, devint vite un paradis pour les cultures les plus diverses : c’est là que Joseph HUBERT acclimata les épices rapportées par Pierre POIVRE et que prospérèrent le manguier d’Inde, le letchi de Chine et plus tard la vanille du Mexique.

Le paysage bénédictin se transforme peu à peu : à cause du manque de qualité des épices telles que la muscade et le girofle et des dommages infligés par les nombreux cyclones, la culture de la canne à sucre prit peu à peu une place prépondérante au début du XIXe siècle. C’est une période faste : la qualité des cannes est excellente, la population croît jusqu’à atteindre les 20000 habitants et un des fils de Saint-Benoît devient gouverneur : Hubert Delisle.

En 1859, la Plaine des Palmistes se sépare de Saint-Benoît et Bras-Panon suivra en 1882.

En 1950, un terrible incendie ravage le centre-ville. La reconstruction s’achève dans les années 60, avec la maternité, le nouvel hôtel de ville et le lycée.

Les années 1980 voient un développement important de la ville, que ce soit au niveau de l’habitat que du commerce et de l’industrie.

Devenue sous-préfecture en 1968, Saint-Benoît est passée du stade de commune rurale à celui de commune urbaine, malgré une forte présence des terres agricoles.

Saint-Benoit

Les armoiries expriment le foisonnement et l'énergie d'une nature omniprésente qui explique toute l'histoire de la commune. L'océan, les eaux vives, la faune marine et terrestre, tout symbolise la vocation de la grande commune orientale. Le soleil dément la croyance trop répandue selon laquelle il pleut tout le temps dans l'Est.

 
     Presse, magazine, ...       Photothèque       Vidéos de Saint Benoît       Mentions légales       Pour nous contacter       © 2016, Mairie de Saint-Benoît